Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 12:11

 

« La lumière de l’entrée est tamisée. La demeure qui l’accueille est calme. Hervé se demande même s’il ne s’est pas trompé de maison tellement une inhabituelle paix règne en ce lieu de repos et de chaleur qu’il affectionne de rejoindre après son labeur. Aucun cri d’enfant ne l’accueille. Aucune odeur de petit plat mitonné avec amour. Aucune femme non plus. Se rassurant devant le portant à manteaux, il avance. Il sait qu’elle est là, endormie ou affairée quelque part. Sa moitié depuis quelques mois. Son âme sœur enfin dénichée…

 

La salle est vide. Un nouveau bouquet de fleur parfume la table. Tout est rangé. Le grand escalier l’accueille jusqu’à l’étage. Rien ne l’interpelle. Tout est à sa place. Rien n’a disparu si ce n’est les occupants habituels du 24 de la rue des lilas. Deux fillettes de cinq ans et un petit gars de huit. Un chien croisé porte et fenêtre. Et sa douce… - Mais où sont-ils tous ?! Se questionne-t-il en rejoignant le palier du premier étage.

 

-         Mon amour… ferme les yeux.

-         Où es-tu ?

-         Chut…

-         Que ?

-         Chut… s’il te plait. Ferme les yeux.

 

Obéissant par soumission ou par jeu, Hervé s’exécute et attend. Soulagé de trouver une âme en vie, il remercie en silence sa dulcinée de ne pas l’avoir quitté. De ne pas être à nouveau seul comme avant…

 

Lina s’approche. Ecoutant son pas feutré, il se calme. Le son de ses pieds nus caressant le parquet l’apaise.

 

-         Qu’est-ce qui se passe ?

-         Chut… sois sage.

 

Même diminué par la pénombre, il ressent les bienfaits de son sourire. Sa voix chantant les mots. Susurrant les phrases. Agréables. Enviées. Intrigantes…

Tandis que son cœur s’emballe, il essaye d’être raisonnable. Il la laisse s’approcher. Passer lentement ses mains sur ses bras. Savourant son souffle d’amour rejoindre son cou. Sa bouche l’embrasser. Effleurer ses lèvres, juste assez pour le rendre fou. Caressant ses paupières d’un baiser, elle s’écarte un peu. D’à peine quelques centimètres pour laisser libre ses doigts de nouer un foulard autour de sa tête, emprisonnant ses yeux pourtant dociles…

 

Réprimant les palpitations de son corps. Obligeant ses mains à rester disciplinées alors qu’il brule d’envie de toucher la douceur de sa peau, il s’immobilise. Impatient. Trépignant. Fougueux mais respectueux de ce qu’elle lui a préparé.

 

-         Où sont les enfants ?

-         Chut… ne t’inquiète de rien. Profites du moment…

 

Emmêlant ses doigts aux siens. Happant sa main dans la sienne, Lina l’attire à lui. Entraine ses pas dans leur chambre. Lui, se laisse faire. Il ne reconnait rien. Précédemment, l’obscurité du couloir avait caché les murs, les cadres, les portes et même sa silhouette ondulant légèrement jusqu’à lui. Maintenant, le foulard annule tout. Il ne peut pas tricher. Tout a disparu. Seul sa mémoire lui permet de naviguer chez eux sans encombre.

 

La porte les laisse entrer. - Bizarre, on dirait qu’elle n’est pas à sa place, pensa-t-il, un peu craintif. Se remémorant pour se rassurer la disposition de sa chambre, il avance. Le seuil en parquet donnant sur un tapis rouge,  épais et arrondis. Le bureau sur la gauche avec l’étagère remplie de livres près de la fenêtre. La grande commode à droite. Le lit en face avec les deux chevets assortis. Mais ne comprend pas. Pourquoi n’ont-ils pas butés sur le lit ? Pourquoi la porte n’a pas claqué sur la commode comme à l’accoutumé ? Reniflant le parfum des pétales de roses qui embaument la pièce, il essaye de s’apaiser. Il cherche à se contrôler. Serre sa main. Emprisonne ce tout petit pouvoir de la posséder encore. D’être maître de quelque chose à défaut de lui-même. La douceur de sa peau l’aide. Le retient. Sa présence réussi à emmener la panique au loin. Coopérant de son coté au rétablissement de sa paix intérieur, un subtil désir entreprends de chasser ses doutes. Tout comme une curiosité amusée et une excitation non avouée. Celle de n’avoir le contrôle sur rien. Tout près de lui, le guidant Lina sourit…

 

Au milieu de leur nid d’amour, en petite tenue extra légère, Lina se félicite d’avoir monté le chauffage. Elle n’aurait jamais pu sinon. Qu’elle drôle d’idée quand même ! Tout à fait sure maintenant de ses choix, elle est contente de sa folie. Heureuse de son petit détour forcé à la lingerie. Satisfaite bien qu’un peu harassée de son grand nettoyage et de son chambardement. Ils sont là et tous ces efforts de la journée en valent bien la peine…

 

-         Mon amour…

-         Oui ?

-         Tu veux bien jouer avec moi ?

-         Jouer ? Euh… oui, Lina, tout ce que tu voudras…

 

Les idées complètement bousculées. L’attente et la passion délirant ses aspirations et ses envies, Hervé n’en peut plus. Il voudrait la serrer dans ses bras. L’embrasser. La caresser. Lui faire l’amour comme au premier jour mais il se retient. Il ne sait pas trop comment il y arrive mais il est encore tout habillé et debout devant elle. Tout comme une prédominance dans son pantalon que personne ne pourrait rater !

 

Passant ses mains sous son pull, Lina déboutonne sa chemise. Minutieusement. Lentement. Le tissu ne résiste pas. Libérant son torse, ses muscles et sa peau hâlée. De ses doigts agiles, elle le caresse. Sa bouche suit le passage de ses doigts. L’embrassant. Dans le cou. Sur le creux de son épaule. Léchant ses têtons. Démêlant ses poils. Descendant encore vers son ‘bidou’.

 

Se bataillant avec un objet métallique encombrant son déshabillage méthodique, elle réussit à ôter la ceinture de son pantalon qui n’avait pas décidé de cèder assez vite. Poussé par une force. Bousculé par son désir. Il n’en peut plus. La saisi. L’embrasse. Se lâche.

 

-         Arrête ! calme-toi…

-         Mon amour, tu me rends fou.

-         S’il te plait…

 

Freiné par sa voix calme. Implorante. Désireuse d’un ‘je ne sais quoi’ qu’il ne comprend pas, il se ravise. Essaye de maitriser sa fougue. Apprends à savourer.

Lentement sa femme continue de le déshabiller. Une fois nu, elle s’arrête. Lui, attend l’ordre. Il a compris la leçon.

 

-         Touche mon épaule droite de ta main gauche.

-         Je…

-         Chut…

 

L’embrassant, elle stoppe ses mots. Le relâchant, il s’exécute. Ecoutant ses consignes, il devient un pantin. Caressant son cou. Embrassant ses seins à travers la dentelle fine. Léchant sa peau en direction d’un string inconnu.

 

-         Il te plait ?

-         Oui… je ne savais pas que tu…

-         Moi non plus…

 

Souriant. Riant même de son lèche-vitrine matinal, Lina se remémore sa timidité. Ses joues en feu devant les modèles trop sexys en vitrine. La gentillesse de la vendeuse qui de sa voix ensorceleuse avait effacé ses rougeurs et ses doutes. Son excitation dans la cabine d’essayage. Ses propres regards changeant au fur et à mesure des ensembles proposés. Des guêpières aux soutiens gorges plongeants. Des fanfreluches aux soies. Des couleurs vives aux classiques. Tout un tas de petits morceaux d’étoffe tous plus beaux les uns que les autres qu’elle a eu le plaisir d’essayer. De se pavaner. De s’évader avec, et elle l’espère, dont il aura plaisir à savourer cette nuit… En une heure et demie de temps, tout un défilé de délicatesse était passé sur son corps jusqu’à ce que la vendeuse déniche son trésor !

 

-         Ah ! Je crois que j’ai trouvé ce qu’il vous faut. Il est parfait. Et en plus il est fourni avec un petit cadeau supplémentaire. S’était écrié tout d’un coup la vendeuse lui tendant à travers le rideau un soutien gorge rouge et or avec un string assorti.

-         Il est magnifique ! Avait alors laissé échapper Lina.

 

Une fois mis sur elle, elle avait tout de suite su que c’était celui là qu’elle achèterait. Mais, ce n’est que rentré à la maison que la jeune femme avait pris connaissance du petit plus. Un livret en forme de manuel intitulé ‘les dessous chocs’. Une sorte de notice explicative de trucs et astuces pour égayer toute vie sexuelle délaissée par une vie quotidienne trop prenante. Arpentant goulument les pages, elle entreprit de suivre à la lettre les indications et de faire en sorte que la nuit à venir ne ressemble à aucune autre…

 

Guidant sa main sur son corps, elle se dévoile. Lui, la caresse doucement, réprimant encore et encore son désir de la posséder. D’y aller. D’en finir ?! Non, de l’aimer…

 

Ses mains délicates. Ses doigts allongés. Sa voix susurrée indique les gestes à l’homme devenu jouet. Hervé n’a plus d’identité propre. Il n’est que l’homme ressentant et procurant du bien-être à une femme. Sa bouche effleure son cou. Descend en tournoyant autour de ses épaules. Ses paumes se promènent délicatement le long de son dos. Se permettant de dégrafer son soutien gorge quand le ‘oui’ l’y incite. Permettant ainsi la libération des atouts de la maitresse des lieux au plaisir de sa langue. Innocemment, Lina continue de lui imposer le chemin. Celui de ses envies maintenant. Oubliant les instructions littéraires, elle lui demande tout ce qu’elle désire. Hervé s’exécute. Redécouvrant de tous ses sens ce corps soyeux qu’il affectionne tant. Cette femme généreuse. Cette déesse qu’il a fait sienne…

 

La chaleur de son antre l’appelle. Avide de la posséder, il s’égare mais elle ne dit rien. Elle se laisse faire. Le jeu a laissé place au partage. Lui, s’enivre de son gout fruité et elle de ses mains puissantes. Arrivant à la portée de ce string désinvolte, Hervé chuchote une requête à sa bien-aimée...

 

-         Est-ce que je peux enlever le bandeau ?

-         Oui… mon amour.

 

Malgré la pénombre, il entrevoit les reflets dorés de la soie sur un fond rouge flamboyant. Le tout petit bout de tissu a une valeur d’énorme trésor. Un coupon d’étoffe en forme de triangle qui le nargue de sa présence délibérée. La dernière barrière entre son envie et son accomplissement. Souriant à ce qui cèdera sous ses dents, Hervé décide de se faire plaisir. Après tout c’est de ça qu’il s’agit, non ?! Plaisante-t-il avec lui-même. Se faisant coquin, il prend goût à prendre son temps. D’embrasser l’entre jambe de sa douce. Remontant jusqu’à son nombril. Happant par-dessus la dentelle ses lèvres pulpeuses. Titillant  ironiquement ce clitoris magique encore caché. Puis, il la pousse avec précaution sur leur couche. Redescend finir d’ôter ce qui le dérange… un peu. Chauffant sa folie pour qu’elle l’appelle. Suçant sa nudité pour qu’elle le supplie de déposer enfin son être entre ses reins. Et, que tous deux expriment par des va et viens de frénésie, leurs envies assouvies…

 

De leur intimité s’échappe des gémissements. Des mots d’amour. Des battements de cœur. Des crissements de lit, jusqu’à plus rien. Comme si l’amour s’était éteint. Mais non, il n’en est rien, car l’alchimie a pris place dans leur esprit. Dans un fou rire d’explication et d’ironie sur ce qui est la cause de leur bonheur… une machine à laver mangeuse de lingerie fine !

 

Après des ébats orgasmiques, le mâle repus en redemande. Savourant déjà le gout fruité de sa chérie, son esprit s’égare peu à peu et se questionne. Puis, heureux de ses réflexions intimes, il se propose alors en silence de se coller à la recherche du prochain jeu surprise. De leur prochaine entorse à leur vie sage de parents overbookés. Souriant à sa dulcinée, Hervé joui de la volupté de leurs ébats dans la prunelle de ses yeux bleus. Les étoiles qui luisent à l’intérieur lui quémande une revanche, il accepte, certain que Lina demandera a son tour la belle, après... Avec de nouveau dessous chocs ? Il l’espère bien ! »

 

Repost 0

Présentation

  • : Claire de la Chatlys - Auteur érotique
  • Claire de la Chatlys - Auteur érotique
  • : Bonjour, ce blog est un blog de promotion de la littérature érotique. Il est publié ici des écrits et des images qui sont ma propriété propre. Je vous demande donc de ne rien prendre sans en demander l'autorisation. Merci d'avance. Claire.
  • Contact

Me suivre sur la toile :)

Pour me rejoindre sur facebook, rien de plus simple, il suffit de venir me voir par ici...

http://www.facebook.com/messages/?action=read&tid=id.119224521515426#!/profile.php?id=100002476392479

 

Pour rejoindre la page d'Idalia (personnage principal du roman érotique "Coquine?!") c'est par là...

http://www.facebook.com/messages/?action=read&tid=id.119224521515426#!/pages/Idalia-Moppin/195142037223912?sk=wall

 

Pour suivre mes textes sur We Love Words...

http://www.welovewords.com/claire-de-la-chatlys

 

Bises, Claire.

Vente de mes livres

Disponible : Recueil de textes érotiques "Encore?!" 

 

Commande :

 

Soit par email à claire-de-la-chatlys@hotmail.fr

Soit sur le blog via le formulaire de contact.

Soit via Paypal :

http://claire-de-la-chatlys.over-blog.com/article-vente-par-paypal-112775947.html

 

Merci de préciser si vous désirez une dédicace et

si c'est pour offrir : le prénom de la personne qui va le recevoir :)

 

De plus, des ventes avec dédicaces sont possibles lors de salons où

l'on accepte de me recevoir, mais aussi en boutique et librairies. 

Les dates et lieux seront affichées au fur et à mesure sur le blog

dans la rubrique "Infos salons et dédicaces".

 

Liens